Retour d’expérience : Formation OpenShift par Red Hat et Intel

La semaine dernière l’un de nos architectes système a eu la chance de suivre une formation sur OpenShift 4 co-organisée par les éditeurs Red Hat et Intel.

Tout d’abord, il convient que nous fassions un point sur les principales différences entre OpenShift 3.x et 4 :

Les worker nodes sont maintenant sous CoreOS et tous les composants techniques d’OpenShift sont démarrés en conteneur ce qui facilitent les mises à jour. OpenShift 4 sait dialoguer directement avec les API AWS et vSphere (4.1), GCP et Azure (4.2). Enfin, OpenShift 4 met en avant les opérateurs qui permettent de gérer le cluster OpenShift (auto-management) et ajoute aussi le catalogue d’opérateurs OperatorHub.

Voici son retour d’expérience sur ces quelques jours riches d’apprentissage :

Au cours de cette formation, j’ai balayé un grand nombre de sujets autour d’OpenShift 4. En commençant par l’installation de clusters OpenShift en utilisant openshift-installer pour créer un cluster aussi bien automatiquement (Installer Provided Infrastructure) que semi-automatiquement (User Provided Infrastructure). Dans le premier cas, openshift-installer se charge de créer les ressources (VMs) alors que dans le deuxième cas, il faudra provisionner VMs au préalable.

J’ai également exploré les nouvelles API machines (mapping vers les nœuds) et machinesets (contrôle un jeu de machines). Ces APIs permettent d’étendre automatiquement les ressources d’un cluster (CPU et mémoire) en provisionnant des nouvelles VMs.

Nous avons abordé la gestion du réseau dans OpenShift 4, les politiques réseau, le planificateur, affinité et anti-affinité des pods et nœuds et enfin la gestion des ressources, CPU et memory requests/limits, limit ranges et la limitation par projet.

En bref, vous l’avez compris, cette formation est l’occasion d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes internes d’OpenShift. On notera aussi que ces jours étaient principalement orientés autour d’exercices pratiques, ce qui permet inévitablement d’améliorer ses compétences techniques.

Après ces quelques jours intenses et formateurs, un test personnel (à faire à tête reposée) est accessible afin de vérifier ses acquis : un bon moyen de faire le bilan et synthétiser l’ensemble des informations emmagasinées ! 

Vous aussi, vous avez envie d’évoluer dans une entreprise qui vous permet de monter en compétences ? Alors n’attendez plus, rejoignez l’aventure Think ! Découvrez toutes nos offres par ici.

David Barbion, Architecte Système chez Think

Share
Cette entrée a été publiée dans News. Sauvegarder le permalien.